Flex, choix maintenant évident pour nos RIAs

Bien au-delà de la simple amélioration technologique, le RIA a passé un réel pallier, voire même a basculé (ce qui justifie le 2.0 du Web 2.0!). Le RIA n’est plus un concept purement technique, cela fait maintenant partie du vocabulaire MOA. La réelle avancée consiste au fait que l’on peut enfin concevoir les IHMs par le bon bout, c’est-à-dire par celui de l’utilisateur fonctionnel.

Jusqu’à maintenant, une conception d’IHM était toujours guidé par la –maigre- technologie sous-jacente. Il fallait savoir ce qui était techniquement faisable avant de spécifier une IHM. Maintenant, on peut enfin faire l’inverse, c’est-à-dire partir du besoin ergonomique fonctionnel pur, puis l’implémenter techniquement sans craindre l’infaisable.
Secondement, RIA sous-entend maintenant aussi la notion de media riche (son, video, utilisation de la webcam- pas seulement pour les jeux !). Il y a des exemples d’utilisation en entreprise, notamment avec l’usage de la WebTV en interne.

Suite à un certain nombre de projets déjà déployés (au moins 6 chez des grands comptes), une technologie semble tirer clairement son épingle du jeu chez Atos Origin: Adobe Flex.

Même si les frameworks Ajax – pionniers du RIA – ont gagné en maturité et surtout en complétude, les problèmes inhérents à Javascript et son interpréteur persistent : pas d’outillage productif, performances bien deçà de Flex, problème de pérennité etc…

Nos retours d’expérience sur Flex (technologie Open Source mais Flex Builder – l’IDE sous forme de plugin Eclipse – coûte quelques centaines d’euros) sont à chaque fois les mêmes. Les réticences initiales à digérer un nouveau langage (ActionScript – ECMAScript 262) sont rapidement balayées par les bénéfices qu’il apporte (simplicité, vrai langage objet, binding, gestion des collections etc…).

Les bénéfices évidents mais cruciaux de cette technologie sont essentiellement les suivants :

  • disparition des problématiques cross-browsers
  • qualité du moteur de rendu graphique,
  • richesses des widgets (nombre et qualité)
  • performances
  • variété des modes de communication vers les back-ends

Ces avantages différentient nettement Flex de la concurrence et ce n’est pas le tout récent exercice des équipes de Xebia qui dira le contraire !

Au delà de ces arguments de choc, nos équipes ont adopté Flex pour leur projets futurs car leur premier projet a permis de constater que le coût d’une application de gestion était inférieur avec cette technologie et que tous les efforts de maquettage étaient récupérés lors des phases de développement (90% du code de la maquette réutilisé) ce qui était loin d’être le cas avec le développement de JSP depuis une maquette HTML par exemple.

Même s’il faut prendre le temps d’apprendre l’ActionScript et que l’intégration de code HTML reste délicate avec Flex, foncez ! Adobe Flex rendra vos applications Intranet, de gestion ou pas, bien plus conviviales et évolutives qu’avec d’autres approches actuelles.

9 commentaires pour Flex, choix maintenant évident pour nos RIAs

  1. Michaël P. dit :

    «Adobe Flex is a collection of technologies released by Adobe Systems for the development and deployment of cross platform rich Internet applications based on the proprietary Adobe Flash platform. » (http://en.wikipedia.org/wiki/Adobe_Flex)

    Flex est bien «Open Source», mais pour exécuter du code flex, il faut un le lecteur Flash, qui ne l’est pas…

  2. si, il l’est, le runtime Flash (Flash player) a été mis en open source fin 2006 ( http://www.mozilla.com/en-US/press/mozilla-2006-11-07.html ), c’est le projet Tamarin de la fondation Mozilla ( http://www.mozilla.org/projects/tamarin )

  3. Flex n’est malheureusement pas aussi fabuleux que ça et il doit encore grandir. Il y a plusieurs mois que je me penche sur cette technologie et j’y crois toujours cependant il faut faire attention. CEGEDIM en choisissant cette technologie dès la version 1 le paye cher aujourd’hui, si c’était à refaire, nous disent-ils, on ne le referait pas. J’ai eu du mal à avoir les tenants et les aboutissants de cette déception. Il apparaît que l’IDE devient inutilisable lorsque les écrans sont chargés, ils ont du revoir les capacités des postes clients pour faire tourner leur applications. Après avoir choisi d’utiliser des pattern dans leur code ActionScript ils ont fini par abandonner car trop complexe à gérer. Je n’ai malheureusement pas eu la possibilité d’auditer leur travail pour vraiment tirer des conclusions fiables. Ce que je sais c’est qu’il ne faut pas se laisser emballer par la simplicité de développement et que toutes applications Flex doit être bien décomposée en module et les frameworks MVC utilisés avec parcimonie tout en séparant bien ce qui doit être coté serveur de ce qui doit être au niveau du client. Selon moi ces réflexions sont primordiales pour la réussite des projets Flex et RIA en général. La technologie est un outil qui permet de répondre à des besoins, ce qu’il faut s’efforcer à décrire c’est quelle technologie pour quels besoins, ca ferait un bonne étude à publier… allez je m’y colle dès que j’ai le temps😉

  4. […] Flex se succèdent. Après l’annonce d’Atos sur son blog Entreprise 2.0 du choix de Flex sur plusieurs projets pour de grands comptes et la “victoire” de Flex lors de notre RIA Contest, c’est au tour de Alaric Cole, […]

  5. Sébastien,
    Content que tu mettes un frein à l’enthousiasme général sur Flex ! (D’ailleurs je suis toujours à sec quand il faut trouver des arguments anti-Flex, dans l’idée de produire une analyse honnête et objective d’une technologie, qui ne peut pas n’avoir que des avantages !).
    C’est vrai que nos retours sont pour l’instant unanimes, mais on aura fatalement des embûches un jour ou l’autre, une technologie ne résolvant qu’une petite partie des problèmes du développement d’une application…
    Mais par contre ça m’intéresserait que tu en dises plus ce qui a coincé sur ton projet, car tu restes évasif sur les points précis qui ont posé problème. Comme tu évoques la version 1, je me demande si ces problèmes peuvent être mieux gérés maintenant ?

  6. Edouard Lemaistre dit :

    Bonjour,
    J’ai fait parti du projet Cegedim qui intègre Flex.
    J’entends bien que Flex apporte beaucoup surtout avec l’arrivée de Flex 3 builder et l’arrivée d’outils sérieux d’intégration (plugin flex-mojos pour Maven).
    Mais il reste que Flex est beaucoup trop lent pour une application de gestion.

  7. Vous parlez du temps de downnload du .swf, n’est-ce pas ?
    (par ce que plus rapide que du code interperété dans un VM hors browser, je vois mal, en tout cas pas Javascript – même dans Chrome !)

  8. Edouard Lemaistre dit :

    Non je parle simplement de temps d’affichage.
    Une page un peu complexe prend à elle seule 600 ms et ceci n’est que du temps graphique, il reste le temps passé coté serveur …

  9. […] et Flex/Air : les plus belles interfaces graphiques sont en Flex/Flash et ActionScript a été validé par les meilleurs experts venant du monde Java, même par Bruce Eckel, l’auteur de « Thinking in Java “, qui écrit : “the […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :